Découvrir “Trouble code” réalisé par Baptiste Auffray

Le 17 avril 2018 à 20h GMT (22h00 heure de Paris), le clip “Trouble code” illustrant le septième titre de l’album “Blues Troubadour” sera diffusé. Réalisé par Baptiste Auffray, la vidéo est une exclusivité.

  • Pourquoi le choix de Auffray, réalisateur tourangeau ?
  • (Christina )
    J’ai beaucoup aimé le travail conceptuel de Baptiste en photographie et en vidéo ; spécialisé dans les captations en direct live, il sait capter le moment clé. Il va pour moi, au-delà de l’image et de la perspective, il capte une essence et sublime le détail… J’y réfléchissais et j’ai été définitivement convaincu de faire appel à lui quand j’ai découvert le thème d’études en photo sur lequel il a travaillé très longtemps : les mains !
    Son regard sur ce à quoi la routine nous a habitué est déconcertant… Il le rend passionnant. . Sans compter que l’amour pour la Touraine, lieu du tournage du clip, est aussi un point commun !

“Trouble code” avec les Passeurs de Légendes diffusé sur les liens officiels de Christina Goh le 17 avril 2018 20H GMT.
Voir la vidéo

“Trouble code” – 3ème titre mis en avant en audio-visuel pour “Blues Troubadour”

Après Mieux en 2017 qui consacrait le tournage mobile et Transparent, hommage à l’imagerie universelle, cadeau surprise de fin d’année aux officionados,  Christina Goh est en préparation de “Trouble code”.

Cette nouvelle réalisation audiovisuelle est l’histoire d’une rencontre improbable, face à face de deux mondes sans espace ni temps, à l’image du titre de l’album “Blues Troubadour”.

Christina Goh avec Bénédicte, initiatrice de la troupe médiévale “Les passeurs de Légendes” – TV Tours France 2016. Photo Claire Vinson

Peu d’information pour l’instant diffusée, savoir cependant qu’on y retrouvera en invitée l’initiatrice de la talentueuse troupe médiévale de Touraine “Les Passeurs de Légendes” qui avait déjà collaboré avec Christina en court-métrage.

“Trouble code”

“Trouble code”, titre inopiné de l’opus musical d’où il est extrait… Il décline quatre instruments qui coexistent dans une même chanson, quatre mondes parallèles autour d’une thématique.

Christina Goh explique : ” Les shakers de Boris Reine-Adélaïde sont les stars ! Ils symbolisent le trouble, grain de sable qui n’en fait qu’à sa tête ! L’accordéon de Maxime Perrin dramatise l’enjeu et le piano de Xavier Belin s’amuse de notre émoi. La voix, elle, temporise … 
Je me suis  inspirée de l’atmosphère dégagée par certaines musiques des films muets des années 20, de leur sens grandiloquent du drame pour souligner le texte poétique. Le tout dans une énergie positive et joyeuse car l’imprévu est un ami même si il a souvent à nos yeux une hideuse apparence, une peur parfois intrinsèque, liée au lâcher prise ! Le titre est le septième de l’album illustrant le chapitre 3 de “Blues Troubadour story”.

Une nouvelle aventure audio-visuelle à vivre ensemble…


En savoir plus

Les liens de B. Reine Adélaïde, M. Perrin, X. Belin
Le site des Passeurs de légendes